Peinture rapide, pas chère et comestible

Je voyais beaucoup de Mamans qui faisaient faire de la peinture à leurs enfants et ça me donnait très envie de faire découvrir ça à Julia !

Sauf qu’elle mettait tout dans sa bouche ! Alors il ne fallait pas que je prenne de la peinture vendue en commerce…

J’ai essayé la « peinture propre », qui consiste à mettre de la peinture sur une feuille et glisser le tout dans une poche plastique de classeur tout en prenant soin de la refermer avec du scotch.

Résultat : Julia jouait à défaire le scotch et rien à faire de la peinture ! 😦

Aujourd’hui j’ai tenté une autre expérience artistique : la peinture au yaourt.

L’inconvénient : on ne peut pas garder le chef-d’œuvre (on peut garder un souvenir en photo).

Par contre c’est tout à fait comestible !

2 ingrédients :

– un yaourt

-colorant(s) alimentaire(s)

J’ai pris un yaourt que j’ai fait mais un yaourt nature est tout aussi bien !

J’ai préparé deux petits pots de couleurs dans les boites dosettes de lait en poudre.

Cela peut servir à faire de la peinture aux doigts ou alors avec un pinceau !

Julia, 11mois, a bien aimé manipuler le pinceau et a fini par manger le reste de peinture avec ses doigts 😂

Partages de recettes « salés »

Je vous partage des recettes que j’ai utilisé lors de la diversification de Julia, cela peut vous permettre de trouver de nouvelles idées !

Je la compléterais au fil du temps pour qu’elle soit la plus riche possible. N’hésitez pas également à me faire partager vos idées de recettes, je serais ravie de les rajouter à ma liste avec le lien vers le/votre site !

Dès 6 mois (débutant)

Bâtonnets de carottes cuites

Galettes de choux fleur

Galettes de carotte au basilic

Crêpes de potiron

Gauffres à la courgette

Galettes de légumes

Quiche aux épinards

 Dès 8 mois ( ou plus en fonction de l’évolution)

Boulettes de merlan au persil

Frites de butternut au paprika

Patate douce façon tajine et son oeuf

Croquettes de pomme de terre

 

Faire le bon choix pour ses pieds

Pour l’apprentissage de la marche, ce qui se disait beaucoup, c’était qu’il faut que le pied soit bien maintenu ainsi que la cheville…. On pensait que les enfants avait besoin de soutien pour réussir. Or cela a été depuis démontré !

Comment ça ?

14752152

sciences et avenirs

Les pieds des bébés et jeunes enfants sont généralement plats, car il a des coussinets à la place des voûtes plantaires naturelles (cela se forme vers 4ans). Il faut donc éviter toutes chaussures contenant des voûtes synthétiques, qui peut bloquer la stabilité. Les chaussures rigides bloquent les pieds de bébé, bloque une partie du développement de la musculature de la voûte plantaire.

Il faut donc laisser bébé muscler ses pieds lors de l’apprentissage de la marche et passer aux semelles rigides une fois que la marche est correctement acquise.

Il ne faut pas CORRIGER la posture, mais la LIBERER. libérer la posture c’est libérer le crâne, le bassin, les pieds, l’occlusion et les chaînes musculaires. C’est l’opposer de la démarche classique, où l’on force et où l’on corrige.

(« L’énergie, l’émotion, la pensée au bout des doigts« , A. Cassoura, résumé d’un dialogue entre deux ostéopathes)

Le mieux est de laisser l’enfant pieds nus et le plus souvent possible, qu’il puisse mouvoir ses pieds et ses orteils dans tous les sens et découvrir ses appuis. N’est-ce pas agréable que de sentir l’herbe sous ses pieds et le sable chaud glisser sous ses orteils ??

Mais laisser pieds nus, ce n’est pas toujours facile : l’hiver, une maison en carrelage et donc un sol froid… Voilà qu’on mettrait bien des chaussettes à nos bambins !! Mais les chaussettes, ça glisse. On peut alors opter pour deux solutions : les chaussettes anti-dérapantes et les chaussons en cuir, légers et souples.

Je vais donc vous parler des chaussons en cuir souple, ce que j’ai décidé de prendre pour Julia.

26857028_1680213828706394_277222448_n

La semelle est souple et fine, cela permet de garder les sensations de pieds nus tout en protégeant des défauts du sol ou du froid.

Les chaussons sont légers, l’enfant n’a pas l’impression d’avoir le pied lourd et donc plus de difficultés à le mouvoir.

La matière, le cuir, ne comprime pas le pied, le laisse respirer (pratique avec la transpiration de l’été) et en hiver, permet de conserver la chaleur.

La forme est large, au début ça peut choquer un peu et penser que c’est mal foutu ! Mais au contraire, le pied de bébé grandit et doit se renforcer, et il faut garder un peu de place pour ce développement !

La plupart des chaussons en cuir sont maintenus par des élastiques autour des chevilles (et c’est les seuls que Julia ne perd pas en vagabondant dans la maison!)

Quand à l’aspect esthétique, il existe une multitude de marques et de coloris, motifs, pour satisfaire le goût de chacun(e)!

26803914_1680213812039729_835025577_n

Immitation basket, de la marque Lune et Miel.

Où se fournir ? Personnellement, je me fourni lors des ventes privées du site Bébé Boutik, vous pouvez trouver des créateurs sur instagram, ou bien sur internet !

 

Et ensuite ?

Du début de la marche, jusqu’à 3ans, les os des pieds n’ont pas finis de se solidifier. Il faut donc éviter de trop les comprimer. La semelle doit donc être solide mais souple. La chaussure peut être légèrement montante mais sans comprimer les malléoles ( 2 boules osseuses au niveau de la cheville).

Jusqu’à 4 ans, il ne faut pas de chaussures pourvues de voûtes plantaires (cf début de l’article). Il y a des risques de futurs problèmes de pieds ou de postures.

Il faut noter que l’Union française pour la santé des pieds (oui oui, ça existe!) recommande pour les enfants, même les plus grands, d’éviter les voûtes plantaires le plus longtemps possible ! Et sinon, prendre une voûte, la moins épaisse possible !

Il faut, dans l’idéal, emmener l’enfant pour essayer les chaussures avant d’acheter.

 

sources ici: http://osteopathiemontpellier.fr/comment-chausser-les-bebes/
photos personnelles.

2ème et 3ème mois de DME de Julia

Je regroupe ces deux mois ensemble car ils suivent une progression au niveau des repas : le passage d’un seul aliment à un repas complet.

2ème mois de Julia (septembre 2017)

Nous avons commencé à introduire les féculents.

26753916_1673201006074343_353483128_n

Par exemple, les pâtes. Nous avons commencé par des gros modèles (achetés à Lidl lors de la mise en rayon de produits italiens) et de cuisson bien cuites, pour fondre dans la bouche (surtout en l’abscence de dent!).

Et nous avons aussi proposé des aliments un peu plus durs comme les crudités.

concombre

Ici, Julia mange un bout de concombre, elle a réussi à en manger en mastiquant avec ses gencives.

kiwi

Elle arrive de mieux en mieux à tenir les aliments, même ceux un peu plus glissant (banane et kiwi sans peau par exemple).

gateaucanelle

Nous avons aussi commencé à mettre quelques épices, lors de la cuisson des légumes déjà découverts, ou dans des gâteaux (ici gâteau à la canelle).

A la fin de ce deuxième mois, nous avons introduit la viande en proposant des repas composés de plusieurs aliments !

patebolo

Ici Julia mange ses premières « pâtes à la bolognaises » : spaghettis revenus dans du jus de tomate, quelques morceaux de carottes et de la viande hachée !

patesbolo

 

 

 

 

Elle s’est ré-ga-lée !

3ème mois de DME

Journée type:

  • 7h: Biberon de lait
  • 12h: Biberon de lait + repas (féculent, légume et viande)
  • 16h: Biberon de lait + fruit
  • 19h: Biberon de lait + repas (légume(s))

Voici des exemples de repas que Jula a découvert tout au long de ce mois

boeufbourgi

Pâtes avec du boeuf bourgignon

pdtcourgettes

Pomme de terre et duo de courgettes jaunes et vertes

pouletbroco

Poulet (dans sa main), brocolis et carotte rapée

patescarottesjambon

Pâtes, carottes et jambon

nouilleschinoises

Nouilles chinoises et porc au caramel (qu’elle n’a pas trop appécié!)

Les aliments proposés doivent être variés et former des repas sains et équilibrés. Je m’inspire de certaines recettes publiées sur différents sites que voici: bébémangeseul, bergamotefamily, et sinon je fais à ma sauce !

Julia nous montre clairement ses précérences: la courgette, la carotte et le poulet !

Elle découvre des morcaux plus petits, elle essaye donc de les attraper, ce qui n’est pas toujours facile ! (apprentissage de la motricité fine comme la pince avec deux doigts).

Nous avons fait plusieurs sorties, notamment un zoo et le repas se composait de choses froides: jambon, tomate, carottes rapée, mozarella. J’appréhendais car elle avait eu toujours des plats chauds, et finalement celà ne l’a pas dérangé !

Nous avons fait un gôuter d’anniversaire chez quelqu’un de ma famille : Julia a mangé une crêpe. Je ne sais pas trop ce qu’elle contenait niveau sucre, mais c’était la chose la plus saine qu’il y avait sur la table.

Une première dent s’est pointée en cette fin de mois : elle était grognon et ne prenait que des laitages, mangeant très peu le reste, sans doute dû à la douleur.

Jeu de la tirelire et variantes

Rapide à réaliser et peu coûteux, ce jeu peut occuper un petit moment votre enfant (tout en restant sous votre surveillance) !

Âge : j’ai proposé ce jeu à ma fille de 10 mois, qui maîtrise la pince depuis un petit moment à table

Pour cela, il vous faut :

  • une boite de lait en métal avec couvercle en plastique
  • des couvercles de petits pots

Vous effectuez une fente dans le couvercle et voilà votre tirelire !

Au début, en fonction de l’habileté de votre enfant à l’âge où vous lui proposez ce jeu, faites une fente plus ou moins grande.

Inspiration de ce blog : bout-de-chou-en-eveil

 

VARIANTE

Pour celles qui n’ont ni lait en poudre, ni couvercles de petits pots comme moi, voici l’alternative que j’ai choisi !

Matériel :

  • une boite de glace
  • des boutons

Le principe est le même, faire un trou dans le couvercle pour que l’enfant y insère les boutons !

Au début, j’ai fait une fente de la taille des boutons, car, étant petits, il est plus difficile de les tenir et de viser. N’hésitez pas à commencer par des plus gros si vous voyez l’enfant en difficulté pour qu’il apprenne d’abord le principe. L’enfant doit maîtriser la technique de la pince avec ses deux doigts pour attraper les petits boutons.

Et combien ?

Pour le moment je ne propose que 6 boutons, car c’est de la découverte et ça ne doit pas être trop long, quite à recommencer une deuxième fois, mais si 6 lui suffit elle aura la satisfaction d’avoir fini le jeu.

26552750_1671746266219817_208799757_n

Quand bébé est plus à l’aise, vous pouvez :

  • diminuer la taille des objets pour augmenter la difficulté de les saisir
  • diminuer la taille du trou pour qu’enfin il soit aussi gros qu’un bouton de profil
  • ranger dans différentes boîtes par couleur en peignant les boites de la couleur des boutons

 

AUTRES VARIANTES:

Vous pouvez utiliser aussi

  • des boites en cartons (boîtes de chaussures)…
  • des jetons de loto, des bouchons de bouteilles…

Bébé et les animaux

26637910_1668498486544595_720093921_nLa place des animaux dans une famille dépend de celle qu’on leur donne: soit on se dit « ce n’est qu’un animal » et il vit un peu à part de la famille, soit on l’y intégre.

Je vous laisse la parole à Julia qui va vous expliquer ce qu’il se passe chez nous, elle a l’air d’en avoir envie !

 

 

48

« Quand Papa et maman ont eu notre chat Imhotep, voilà 6ans, ils l’ont considéré comme « notre premier bébé » : un petit être sous leur responsabilité qui allait grandir et vieillir avec eux. Il vit dans la maison et il a son propre espace (qu’on pourrait comparer à l’equivalent d’une chambre pour un enfant). C’est son arbre à chat. Dedans il sait qu’il est tranquille et qu’il peut aussi y jouer.

 

107Ensuite, il ont eu notre chien, un border collie, baptisé Matcha, il y a presque 2 ans, peu de temps avant d’apprendre que j’étais cachée dans le ventre de maman. Elle a eu également son propre espace : une cage avec un tapis, qu’on laissait ouvert la journée et qu’on fermait la nuit.

 

 

Préparer mon arrivée à la maison

161Les animaux voient bien que quelque chose se prépare, l’aménagement de la maison pour m’accueillir, le ventre qui s’arrondit parce que j’ai besoin de plus en plus de place…

Le chat était content qu’on lui aménage une pièce avec un lit rien que pour lui 😀 Si seulement il savait que j’arrivais !

A la maternité, Papa a pris des vétements que j’avais porté pour aller le faire sentir aux animaux. Il les a d’abord fait renifler chacun leur tour, puis, quand il est parti de la maison il les a déposé à différents endroits fréquentés par les animaux ainsi que dans la chambre du bébé (au grand désarroi du chat!)

La rencontre

Nous sommes rentrés à la maison en début d’après-midi. Maman a d’abord saluer elle-même les animaux, la chienne trop contente et le chat un peu en retrait (il parrait qu’il ressentent les changements d’hormones).

294Matcha m’a vu de loin. Elle était encore jeune (10mois) et assez vive et excitée, elle aurait pu mettre un coup. Ensuite je me suis assoupie dans une nacelle, dans le salon, et j’ai senti une présence de chat au dessus de moi. Il a été curieux:  il a essayé de me toucher avec sa patte puis il s’est cassé.

Les premières semaines

La chienne a du se sentir pas mal délaissée et  le faisait comprendre aux parents en faisant beaucoup de bétises. Ils ont essayé de faire au mieux, mais s’organiser avec un bébé et gérer les débuts très durs de l’allaitement n’a pas été de tout repos. Nous avons fait les balades quotidiennes (ou presque) au bout de 2semaines.

Papa et maman m’ont ensuite présentée plusieurs fois à Matcha, en disant mon prénom pour qu’elle l’associe à  moi. Elle était heureuse et toute folle. Une fois, je devais avoir moins de 2 mois, j’étais installée dans un doomoo à côté de maman dans la cuisine, je l’ai entendu dire au chien « Elle est où Julia? » Contente d’être sollicitée, de vouloir montrer qu’elle sait, elle avait carrément foutu ses deux pattes avant sur moi, l’une proche, trop proche, de mon visage ! Maman a eu tellement peur qu’elle a viré la chienne en l’engueulant et depuis ce jour là, elle n’a plus osé s’approcher de moi, de peur de se faire encore facher. Heureusement je n’ai rien eu. Quand on lui disait « Elle est où Julia ? » elle partait se réfugier dans un coin genre « je ne veux pas répondre à ça ».

Et ensuite…

Il aura fallu que je grandisse pour que, 4mois plus tard, il y ait de l’interaction de nouveau avec la toutoune: j’étais sur leurs genoux et caressait le chien avec eux. C’était nouveau comme sensation, les poils qui glissent entre mes doigts. Papa et Maman ont également acheté des grandes friandises pour que je puisse les tenir à une extrémité et les donner à la chienne tout en ayant une distance entre les crocs et mes mains. Tout le monde était content.

Quand au chat, c’était l’effet inverse, plus je grandissais, plus il s’éloignait de moi : avant il s’allongeait sur Papa à côté de moi, ensuite il me fuyait, surtout quand je criai ou m’agitais trop à son goût. Il partait s’isoler dans des endroits reculés de la maison.

Quand à moi, je les adore. Ils sont trop drôle et ils marchent à 4 pattes comme moi ! Dès que je vois le chat, je crie parce que je suis contente de le voir (et lui il se casse ! roh), et j’aime aller voir le chien pour le tapoter (ma manière de caresser). Papa et Maman restent vigilants et toujours présents quandje suis en contact avec les animaux. Malgré le fait que nous avons des animax doux et patients, nous ne nous sentons pas à l’abri de tout danger pour autant.

Nous respectons également chaque animal : ce n’est pas parce que je suis petite que je peux tirer les poils. Quand on voit qu’ils en ont marre ou qu’ils ne veulent pas, on m’éloigne vers mes jouets. »

Aujourd’hui, Julia a 10 mois et leurs relations vont encore changées au fil du temps, de quoi faire un prochain article d’ici là

 

Mes indispensables

Il y a des choses qui, aujourd’hui, au bout de 4 mois et demi de DME, me sont INDISPENSABLES et je propose de vous les partager.

indisp

 

1) PREPARATION DES REPAS

26196779_1663373330390444_1209700793_n

Le Cookeo de Moulinex me permet de faire de nombreuses choses : en début de diversification, il me permet de faire cuire les aliments à la vapeur ou sous pression, avec des programmes pré-enregistrés de cuisson : je peux tranquillement faire autre chose pendant que ça cuit tout seul.

J’ai celui qui peut recevoir des clés USB de recettes supplémentaires. Une fois que la diversification est mise en place, je peux aisément faire un plat avec pour toute la famille ! (en adaptant bien sûr pour bébé: en ne mettant pas de sel par exemple). Je peux prévoir à l’avance ce que je veux faire car il maintient au chaud.

Une fois la mastication acquise, je m’en sers aussi pour préparer les compotes du goûter ! (lorsque c’est le cas, je dois me servir après d’un mixeur).

26175721_1663373337057110_548759197_n

Je fais également mes yaourts maison. Mon médecin m’a fortement décommandée de donner des yaourts spéciales bébés pour les choses qu’ils contiennent. Il m’a orientée soit vers des petits suisses natures auquel on ajoute de la compote ou les yaourts maison.

J’ai donc une super belle-maman qui m’a filé sa vieille yaourtière de chez Moulinex (non, non je n’ai pas d’action chez eux ^^). J’aimerais par la suite une plus grosse de meilleure qualité (comme la SEB Multidélices mais on verra plus tard…). Ainsi je mets ce que je veux dans mes yaourts ! C’est rapide et simple à faire : la base des yaourts est un litre de lait + des ferments lactiques.

2) LE REPAS

26175588_1663373480390429_896050414_n

L’assiette

J’ai pris une assiette en silicone qui se fixe par un système semblable à la ventouse. Elle contient trois contenants, ce qui permet de bien distinguer chaque produit proposé lors du repas. Les bords ne sont pas trop hauts ce qui permet à ma fille de bien voir l’ensemble du repas et de pouvoir attraper facilement. Elle vient d’ici.

Les couverts

J’ai pris un ensemble de couverts en métal, avec un manche plutôt court (plus c’est long, plus l’enfant peut avoir du mal à viser sa bouche). Il viennent d’une grande surface.

Quand la diversification est mise en place je laissais la cuillère en libre service pendant et après le repas puis j’ai fait des fourchettes pré-remplies vers 8-9 mois.

Le gobelet

Julia n’a jamais voulu d’eau au biberon et ne savait pas se servir d’une tasse à bec. Donc nous avons pris tout simplement des gobelets. Ils sont proposés depuis ses 5 mois, d’abord vide pour qu’elle découvre l’objet dans tous les sens. Puis nous lui avons donné avec de l’eau à la main et ensuite nous avons laissé en autonomie. A 10 mois, elle sait boire entièrement seule et en renverse un tout petit peu.

J’ai pris ces gobelets-là, qui sont colorés, petits et légers. Mais il en existe pour tous les goûts !

Le tablier

26175020_1663373657057078_19939282_n

Vous pouvez trouver des tabliers un peu partout (Ikea, wish,….). Soit côté équipement repas, soit pour la peinture. L’idéal est d’avoir des élastiques au niveau des manches, pour assurer une bonne protection des vêtements, mais également ne pas géner l’enfant dans sa prise d’aliment. J’en ai pris 3 pour chez moi (je change le temps que l’un sèche) et un pour chez l’assistante maternelle.

Si une odeur reste sur le tablier, vous pouvez nettoyer avec du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude, c’est très efficace.

 

3) LA CONSERVATION

26197588_1663373507057093_1618587200_n

Pour conserver les repas, ou les emmener chez l’assistante maternelle, j’ai choisi les pots de conservation Avent. Ils sont de deux tailles différentes, pratique pour mettre le repas, et le fruit à côté par exemple. Les couvercles se vissent, pas de risque d’ouverture dans le sac isotherme. Ils prennent peu de place au frigo/congélateur ou dans le placard ! Ils s’empilent également les uns sur les autres. Et ils se passent au micro-ondes et au lave-vaisselle !

Quand je fais mes compotes, je les mets également dedans. Et pour savoir ce qu’ils contiennent, j’ai acheté des étiquettes que je colle dessus, qui partent bien au nettoyage.

 

En résumé, voici tous Mes indispensables sur une seule photo!

26134907_1663373653723745_716465059_n