Conférence Montessori proche de chez moi

C’est en travaillant que je suis tombée sur cette information : il allait y avoir une conférence sur la méthode de Maria Montessori à même pas 30 min de chez moi !

Ni une, ni deux, j’y suis allée le soir même accompagnée de ma belle-mère, qui est l’assistante maternelle de ma fille 🙂

 

 

23756111_1624533147607796_1071345605_n

 

J’ai trouvé cette soirée très enrichissante ! Elle avait pour titre « Porter un autre regard sur son enfant« . Cela concernait majoritairement les enfants âgés de 0-3ans. Voici un résumé de ce que j’ai pu retenir !

 

PRINCIPES FONDATEURS

  1. S’appuyer sur les compétences de l’enfant: ne pas lui demander ce qu’il n’est pas encore capable de faire, respecter son rythme d’apprentissage et ne pas le comparer aux autres.
  2. La notion d’esprit absorbant: l’apprentissage se fait par l’expérience
  3. Admettre les échecs de son enfant et être auteur de sa réussite : il faut donc laisser l’enfant en difficulté pour qu’il se surpasse et finisse par y arriver. Il faut l’encourager et le féliciter de son exploit.
  4. Le matériel doit être à la hauteur de l’enfant, en fonction de son âge :
    1. Laisser le choix des jouets
    2. Rangement: pas tous ensemble dans un bac (bordel organisé). Les enfants aiment l’ordre et y trouve de la sécurité
    3. lorsqu’on offre un nouveau jouet, on l’offre seul, pour l’apprentissage et la découvert de l’objet (notamment ceux de la méthode)
    4. Proposer 4 jeux différents et augmenter selon l’âge. Effectuer un roulement des jouets.
    5. Ne pas hésiter à mettre la photo des jouets sur les caisses de rangement : savoir où c’est et où le ranger.
    6. Les matériels de la méthode Montessori ne s’offrent pas en continue mais sur un temps d’activité (différent du jeu libre). L’activité se fait sous surveillance.
  5. Mode de fonctionnement de l’apprentissage
    1. Nommer (« c’est un carré et ça un triangle)
    2. Conceptualiser (« répète après moi ce que c’est »)
    3. Intégrer (« tu te souviens de ce que c’est ? »): ne pas hésiter à faire cette démarche quelques jours plus tard. Si c’est intégrer, on ajoute ensuite de nouvelles formes, sinon on recommence. Cela marche pour les couleurs, animaux, etc.
  6. « Jeu après jeu, l’enfant devient « je » »
    1. bouteilles sensorielles : utiliser l’ouïe, la vue
    2. bulles de savon
    3. mettre deux ou trois jeux autour de l’enfant sinon trop d’information
    4. laisser l’enfant essayer même s’il n’y arrive pas
    5. esprit absorbant: donner les vrais mots (exemple: « chat » et pas « miaou »). Si l’enfant sait dire les mots « simplifiés » par les parents il est capable de dire les vrais.
    6. matériel de préhension: pince à épiler, pince à cornichon ou encore à glaçon. Avec, on peut faire attraper des objets (ex:bouchons de pompotes) et les mettre dans un bol.
    7. toujours informer de l’enfant de ce qu’on va faire avec lui : « je vais te moucher »
  7. Idées de jeux
    1. nuances de matières ou de couleurs: soit il y a différentes couleurs, soit différentes matières mais pas les deux. Sinon il y a trop d’information.
    2. un rouleau de PQ ou d’essuis-tout accroché au mur à hauteur de l’enfnat: l’enfant y insert un objet (pièce, jeton..) et la voit tomber dessous. Un jour il arrivera sans doute à la rattraper !
    3. jetons dans une tirelire à partir de 12mois
    4. contenant percé pour insérer des pailles
    5. planches et couverts en plastiques pour couper des fruits ou légumes mous (banane)
    6. petit pichet d’eau pour remplir des contenant ou les verres à table : un jour il servira toute la famille !
    7. bassines pour transvaser
    8. étendre les chaussettes par paires avec un étendoir à sa hauteur (utiliser un étendoir de baignoire?)
  8. Mes notes personnelles
    1. attirer le plaisir de l’enfant : si par exemple un enfant à des problèmes de mobilité du cou, plutôt que de le forcer à tourner la tête, lui faire attirer l’attention sur le côté : bulles de savon, son… L’enfant fera l’effort par le plaisir !
    2. pendant les périodes de crise ou de frustration : proposer des jeux ?
    3. guider dans le développement et l’autonomie
    4. éviter la dépendance vis à vis des parents (exemple : apprentissage de la marche, doit marcher seul et pas en tenant les mains. Il va solliciter les parents pour marcher et fera moins l’effort d’y arriver)
    5. Aider l’enfant sans l’assister : on peut lui montrer plusieurs fois comment faire
    6. Écouter son enfant quand il nous parle : par exemple, quand il dit qu’il a mal, on ne lui dit pas « mais non, ce n’est rien » mais plutôt « ne t’inquiète pas, ça va guérir ».
    7. Donner un cadre avec une liberté à l’intérieur

En espérant que cela vous sera utile, que vous avez appris des choses et que vous allez vous en servir 🙂 J’applique certaines pratiques de mon mieux, et j’ai vu une certaine différence ! Des choses sont plus difficiles à faire que d’autres car peuvent demander un changement d’habitudes, ou de comportement, notamment les phrases cultes « mais non, ce n’est rien ». On fait comme on peut !

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s